Notre site utilise des cookies pour vous garantir le meilleur confort de visite. En poursuivant votre navigation, vous acceptez de fait l'utilisation de ces cookies.

Contacter le chirurgien esthétique Aknin à Lyon et Roanne

Actualités

Il est fréquent d'être confronté à des demandes chirurgicales multiples de la part des patientes. Par exemple : « Docteur, je voudrais faire mon ventre, mes seins et un peu de lipoaspiration. Est-ce possible ? ».

Cette demande est légitime et compréhensible dans le sens ou l'on ne réalise qu'une seule anesthésie, hospitalisation, suites opératoires, arrêt de travail etc. Associer des interventions chirurgicales est possible dans certains cas et non conseillée ou dangereuse dans d'autres.

 

Quels sont les paramètres et les conditions déterminants ?

 

Nous faisons de la chirurgie esthétique qui est une chirurgie de confort, de bien être. Notre rôle est de préserver la santé des patientes tout en leur donnant le résultat attendu sans multiplier les risques et en prévenant les complications.

Plusieurs interventions associées sont déconseillées médicalement quand : 

  • La durée opératoire est trop importante ;
  • Le terrain est fragile (âge, diabète, maladies auto-immunes..…) ;
  • Il y a des risques infectieux de contamination entre les interventions. Une intervention peut contaminer l'autre ;
  • Il y a une augmentation des risques hémorragiques (saignement, perte de sang importante) ou thrombo-emboliques (phlébites , embolie pulmonaire) ;
  • L'équipe anesthésiste-chirurgien n'est pas habituée aux associations chirurgicales. Celles ci nécessitent une parfaite collaboration des acteurs du bloc opératoire et une grande interaction mutuelle ;
  • Il est nécessaire de changer plusieurs fois la position opératoire. La multiplication des changements de position augmente certains risques ;
  • Si une des interventions aggravent les suites opératoires de l'autre opération ;
  • L'association de plusieurs interventions allongent la durée de convalescence de manière importante.

 

Quelles associations possibles ? 

 

Des associations possibles :

  • augmentation des seins et rhinoplastie ;
  • augmentation des seins et petite lipoaspiration ;
  • abdominoplastie et lipoaspiration des hanches ou de la culotte de cheval ;
  • rhinoplastie et blépharoplasties des paupières supérieures ;
  • lifting et paupières.

 

Des associations déconseillées et risquées :

  • abdominoplastie et lipoaspiration importante des cuisses ;
  • abdominoplastie, réduction mammaire et lipoaspiration des cuisses ;
  • lipostucture des seins avec prélèvements multiples et abdominoplastie.

 

Des associations possibles mais risquées, car interactions entre les interventions :

  • rhinoplastie et blépharoplasties des paupières inférieures ;
  • lipopénoplastie et lipoaspiration du ventre.

L'association est possible mais une des deux interventions peut agir négativement sur l'autre ou en diminuer le résultat.

 

Du cas par cas

En cas d'association des interventions, il faut établir un programme chirurgical en expliquant à la patiente les raisons de ces décisions.

Il est préférable de réaliser une intervention avec un beau résultat et des suites opératoires simples que plusieurs en même temps avec un risque sur la qualité du résultat et des suites négatives.

Chaque cas est particulier et doit être envisagé par le chirurgien et l'anesthésiste en étroite pédagogie avec la patiente.

 

Au delà des capacités qu’elle a à sublimer et redonner son harmonie au corps humain, la chirurgie esthétique améliore le bien-être des patients qui ont subi une intervention.

 

En effet, une fois leurs complexes effacés ou atténués, les patients se sentent mieux dans leurs corps, mais aussi dans leur tête.

 

Si cela semble aller de soi, cet effet psychologique de la chirurgie esthétique n’avait jamais été étudié et prouvé avec des chiffres, avant 2013 et une étude menée pour le magasine « Psychological Science » par différents chercheurs. Menée sur plus de 500 patients (87% de femmes/13% d’hommes), mais également 264 personnes intéressées par la chirurgie (n’y ayant jamais eu recours) et un groupe de 1000 personnes sans avis sur le sujet, cette étude est le premier travail de recherche sérieux traitant l’aspect psychologique post-chirurgie esthétique.

 

Les effets de la chirurgie esthétique ont été comparés entre le le premier groupe et les deux autres, ces trois groupes ne comportant aucune différence en terme de santé mentale, dépression, etc. Pour ce faire, des objectifs raisonnables ont été fixés. Parmi eux : « Se sentir mieux », « Eliminer les imperfections » ou « Développer plus de confiance en soi ».

 

Les chercheurs ont testé les patients trois, six mois et un an plus tard. Il s’est avéré que les participants estimaient d’abord avoir atteint l’objectif souhaité. Puis, en comparaison avec les deux autres groupes n’ayant pas subi de chirurgie, les patients se sentaient :

  • En meilleur forme.
  • Moins anxieux
  • Satisfait bien sûr de la partie du corps sur laquelle était intervenu le chirurgien plastique.
  • Mais plus globalement, satisfait de leur corps et de son fonctionnement en général.
  • Avec une confiance en soi accrue.

 

En conclusion, preuve a été faite, s’il en était besoin, par cette étude sur le long terme, que la chirurgie esthétique agit non seulement sur le physique mais aussi sur le mental, procurant aux patients un bien-être général.

 

Voir l’étude (en anglais) : http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/2167702612471660